top of page
Rechercher

Le mash - quels sont réellement ses vertus?

Nombreux sont les chevaux qui reçoivent régulièrement du mash, surtout en hiver. On lui attribue de nombreux bienfaits, mais que ce cache-t-il réellement derrière cet aliment? Est-il aussi bon pour les chevaux que ce que l'on pense?


Le mash vient de l'anglais est signifie "bouillie", il s'agit donc d'un terme relativement vague. En général le mash contient plusieurs aliments mélangés avec de l'eau chaude. Dans le mash traditionnel, utilisé depuis longtemps dans l'alimentation équine, les ingrédients principaux sont le son de blé et les graines de lin. Le mélange peut également contenir des herbes aromatiques, des fruits secs, du marc de fruits, de l'avoine, etc. Si autrefois le mash était préparé à la main selon une recette "maison" libre à chacun, aujourd'hui le commerce propose de nombreux mélanges déjà prêts, pour lesquels il suffit d'ajouter de l'eau chaude. Dans les mélanges de mash sans céréales, le son de blé peut par exemple être remplacé par de la luzerne ou du foin déshydraté, sous forme de pellets, ou de la pulpe de betterave. En plus de cela, les mélanges sont parfois complémentés en vitamines, minéraux et oligo-éléments. Cependant, le mash n'est pas un aliment qui est donné quotidiennement et les besoins en vitamines, minéraux et oligo-éléments du cheval devraient être couverts par la ration quotidienne. Inutile donc de s'orienter vers un mash contenant des suppléments.


Le mash est un aliment facilement digestible, connu pour aider à la digestion. Cet effet vient principalement du son, des graines de lin et du marc de fruits souvent employés. Le son est en faite la couche externe qui entoure le grain des céréales. Cette couche externe est séparée du grain de blé en meunerie et possède une teneur élevée en fibres. Le son a une bonne capacité d'absorption d'eau et gonfle avec l'humidité, ce qui stimule l'activité intestinale et peut prévenir les coliques liées à la constipation. Les graines de lin ont une teneur élevée en protéines et acides gras et permettent également d'absorber une grande quantité d'eau. Elles ont également l'avantage de contenir des mucilages, qui protègent la muqueuse de l'estomac et de l'intestin et facilitent le passage des aliments. Le marc de fruits (principalement de pomme dans le mash) a une teneur faible en protéines et contient beaucoup de fibres sous forme de pectines. Ce sont des hydrates de carbone très appétissants pour le cheval, mais pas uniquement. Ils permettent également d'assimiler l'eau dans l'estomac et l'intestin grêle et la transporter jusqu'au gros intestin ou elle peut être absorbée par la muqueuse et mise à disposition du cheval. La structure des crottins est ainsi influencée et dans certains cas, les problèmes de diarrhée ou d'écoulement fécal (Kotwasser) peuvent être améliorés (s'ils ne sont pas liés à une pathologie).


Mais ces dernières années, le son de blé est controversé et disparait peu à peu des rations de nos équidés. Ceci est dû principalement à son équilibre calcium phosphore inversé, ce qui veut dire que la teneur en phosphore est plus élevée que celle de calcium (c'est le cas aussi pour les autres céréales, mais extrême dans le son de blé). Donné en trop grande quantité, ce déséquilibre peut mener à de l'hyperparathyroïdie (mot très compliqué pour décrire une pathologie liée à un déséquilibre phosphocalcique), mais en donnant du mash une fois par semaine, ce risque reste très faible.



La mission principale attribuée au mash est de prévenir ou soulager des problèmes du système digestif. Il est beaucoup employé chez les chevaux convalescents d'une colique, de diarrhée ou autre pathologies digestives, mais aussi pour aider les chevaux qui ont été exposés à un stress (par exemple concours, transport, etc.) ou pour les vieux chevaux qui souffrent de problématiques dentaires. De nombreux chevaux reçoivent du mash seulement en hiver de temps en temps ou en tant que récompense après un travail intensif. Cette "bouillie" est également un excellent moyen de "cacher" des médicaments, du a son appétence élevée, ou du sel pour les chevaux qui ont fourni un effort intense, afin de compenser les pertes par la transpiration. Le mash est aussi régulièrement utilisé pour les chevaux qui ne boivent pas assez en hiver, mais l'eau ingérée avec le mash ne permettra pas de combler ce manque. A cet effet, il est plutôt conseillé de lui mettre à disposition un bidon d'eau tiède, ce qui permettra également de mieux contrôler la quantité d'eau qu'il boit.


Après avoir énuméré tout ces bénéfices, il reste bien un problème. Tout ceux qui s'intéressent de plus ou moins près à l'alimentation équine le savent: les périodes de transition alimentaires chez le cheval doivent être planifiées et effectuées sur plusieurs jours, afin de préserver les enzymes digestives et le bon fonctionnement du transit. Or ce principe semble souvent oublié quand il s'agit du mash, que le cheval reçoit de temps à autre mais pas sur une base régulière. De nombreuses études ont montré que le mash, et en particulier le son de blé, possède un effet légèrement laxatif, mais est-ce que celui-ci vient vraiment des propriétés du son de blé ou plutôt du déséquilibre enzymatique qu'il crée dans le système digestif du cheval en le donnant une fois par semaine ?


Pour en avoir le coeur net et éviter tout problème liée à un changement trop brusque de l'alimentation, voici ce que vous pouvez faire. Si le cheval reçoit un aliment concentré qui contient déjà du son de blé et des graines de lin, alors il n'y a pas de problème à lui donner du mash une fois par semaine. Si le cheval reçoit un aliment concentré sous forme de pellets ou autre forme qui peut être trempée, alors ce même aliment peut être utilisé pour faire le mash, en ajoutant de l'eau chaude et du sel ou le médicament si nécessaire. Pour les chevaux qui ne reçoivent pas d'aliment concentré, des pellets de foin peuvent être utilisés pour faire le mash en y ajoutant des fruits et légumes si nécessaire pour augmenter l'appétence. J'aimerais ajouter ici qu'un cheval en bonne santé, qui n'a pas de problèmes digestifs, n'a pas besoin de recevoir du mash. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les chevaux n'ont pas besoin d'une alimentation variée et on a souvent tendance à trop les "humaniser".


La préparation du mash a également son importance. En général, les ingrédients sont mélangés avec de l'eau chaude, puis on laisse poser le mélange pendant 5 à 30 minutes en fonction des ingrédients. La consistance du mash ne doit pas être trop liquide. S'il est trop liquide, le mash passe trop rapidement à travers le système digestif et les effets bénéfiques pour la digestion des ingrédients n'ont pas le temps de se déployer. Avec un mash trop sec, il y a un risque d'obstruction oesophagienne si le cheval l'ingère trop rapidement. De plus, les composants qui gonflent avec l'eau, s'ils ne sont pas suffisamment bien mâchés, peuvent encore gonfler dans l'estomac ou l'intestin, ce qui peut conduire à une colique liée à la surcharge alimentaire.


En conclusion, le mash est un aliment qui peut tout à fait avoir sa place dans l'alimentation du cheval, mais un cheval en bonne santé n'en a pas forcément besoin. Cependant, les ingrédients sont à adapter pour chaque cheval en fonction de son alimentation de base. Même si ce principe semble souvent oublié pour le mash, la période de transition alimentaire est primordiale et ne doit pas être négligée, afin de préserver la flore intestinale du cheval et assurer une bonne santé digestive!

155 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page