top of page
Rechercher

Alimentation avec ou sans céréales?

Dernière mise à jour : 8 janv. 2022

De nos jours, les céréales dans l'assiette de nos chevaux sont de plus en plus mal perçues et sont tenues responsables de nombreux problèmes de santé. Mais est-ce qu'elles sont réellement si mauvaises que ça ? Comme pour tout, c'est une question de quantité.


Le cheval est un herbivore, qui se nourrit principalement de fourrages grossiers tels que l'herbe et le foin. Les céréales, sous forme brute ou sous forme d'aliment concentré, sont employées pour compléter les rations des chevaux, lorsque le foin ne suffit pas à couvrir leurs besoins en énergie. La première question à se poser est donc: est-ce que le foin ou l'herbe apporte toute l'énergie dont mon cheval a besoin ? Dans de nombreux cas, la réponse est oui. Si ce n'est pas le cas, l'emploi d'un aliment concentré à base de céréales ou non peut être envisagé.



Le problème avec les céréales, c'est leur teneur élevée en amidon. Cet amidon doit être digéré par des enzymes dans l'intestin grêle. Néanmoins, contrairement aux autres animaux de rente, le cheval ne possède qu'une faible quantité de ses enzymes dans son intestin grêle. Si trop d'amidon non digéré atteint le gros intestin, les conséquences peuvent être graves. Par exemple, le gros intestin se met à sécréter un suc gastrique pour digérer l'amidon, ce qui modifie le pH et tue les microorganismes du gros intestin. Des toxines sont alors libérées, qui peuvent conduire à des fourbures. Si trop d'amidon se trouve dans l'organisme à long terme, cela peut mener à une résistance à l'insuline, ce qui a pour conséquence la fourbure et l'obésité, qui a son tour peut induire de nombreuses maladies métaboliques tels que le syndrome métabolique équin ou le Cushing (PPID) entre autres. Les aliments contenant de l'amidon ne doivent donc pas être donnés en trop grandes quantités et sont à éviter pour tout les chevaux souffrant de maladies métaboliques.


Une autre raison qui pousse à bannir les céréales d'une ration sont les ulcères. Les causes pour cette maladie sont nombreuses et pas forcément liées aux céréales, ou du moins pas uniquement. La digestion du cheval commence dans la bouche, ou les aliments sont mâchés et de la salive est sécrétée. La salive se mélange aux aliments et une bouillie est formée. Une fois les aliments arrivés dans l'estomac, le suc gastrique acide se mélange à la bouillie. La salive, qui arrive dans l'estomac avec les aliments a un effet tampon. Jusqu'ici, aucun problème, c'est le déroulement normal de la digestion. Seulement, les céréales ne nécessitent pas autant de mastication que les fourrages et arrivent dans l'estomac plus "secs". Le suc gastrique n'arrive donc pas à se mélanger comme il devrait avec la bouillie d'aliments et les parois de l'estomac sont agressées, ce qui conduit à des ulcères. Les ulcères peuvent donc apparaître lorsque la ration est trop riche en céréales, mais également lorsque les céréales arrivent dans un estomac vide. La gestion de l'alimentation joue ici également un grand rôle. Si le cheval reçoit du foin avant sa ration de céréales, une grande quantité de salive est déjà produite et protège l'estomac avant l'arrivée des céréales. Il est donc très important de toujours donner le foin avant les aliments concentrés pour éviter ce genre de problème !


En conclusion: l'alimentation avec des aliments concentrés fait sens, lorsque les fourrages ne permettent pas de couvrir les besoins énergétiques du cheval. Pour un cheval souffrant de pathologies métaboliques ou d'ulcères, les céréales sont effectivement à proscrire. Néanmoins, pour un cheval en bonne santé, les céréales peuvent être employées sans danger, en respectant un dosage de max. 300g/100Kg de masse corporelle par repas et maximum 1Kg / 100Kg MC par jour, même pour les chevaux avec des besoins énergétiques élevés.


*MC = masse corporelle

186 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page